Bondy Cécifoot Club

présentation

bondy cécifoot club

Un dimanche après-midi de 2016, Samir Gassama invite Jean-François Chevalier à assister à un match entre déficients visuels. Cette rencontre donne naissance à une véritable aventure humaine qui prend rapidement le nom de Bondy Cécifoot Club.

SOMMAIRE

Il était une fois...
Le Bondy Cécifoot Club
une rencontre entre deux passionnés, un projet ambitieux et solidaire

Le Bondy Cécifoot Club est né de la rencontre entre deux passionnés. Le premier, Samir Gassama, est un ancien joueur de haut niveau & entraîneur de futsal et de cécifoot. Le second, Jean-François Chevalier, est le président de l’Association de Parents d’Élèves de l’enseignement libre (APEL) de Bondy.

Les deux hommes s’associent pour proposer des campagnes de sensibilisation à la pratique du cécifoot aux élèves des écoles de Seine-Saint-Denis avec un objectif : changer le regard sur le handicap.

Le projet met deux ans à se concrétiser et se développer. Résidants à Bondy depuis plusieurs années, les deux hommes ont la volonté de créer une équipe de cécifoot dans leur ville, afin de permettre aux personnes en situation de handicap de s’émanciper en pratiquant un sport.

La Maire de Bondy de l’époque Sylvine Thomassin adhère rapidement à cet ambitieux projet.

Dans un premier temps, un cahier des charges est établi pour accueillir les joueurs en toute sécurité. Sélectionneur de l’équipe nationale belge entre 2017 & 2019, Samir Gassama contacte les joueurs qu’il désire recruter. Rapidement, de nombreux joueurs s’engagent avec le club naissant (Martin Baron, Gaël Rivière, Christophe Eilers ou encore Bandiougou Traoré).

L’aménagement d’un terrain synthétique et la mise à disposition de 3 créneaux hebdomadaires permettent à l’équipe B1 (non-voyants), la première créée, de réaliser ses séances d’entraînement.

Jean-François Chevalier, lui, s’occupe de la partie administrative et de trouver des partenaires. Alain Dessenne, dirigeant de la société de climatisation CLIMEA, située dans le Val-de-Marne, répond avec enthousiasme à l’appel au don du président. La générosité de ce partenaire permet au club d’acheter les équipements indispensables à la pratique du Cécifoot, dont le fameux ballon à grelots.

En mars 2020, Tarik Cherradi, représentant d’une équipe de malvoyants qui a eu vent du projet du BCC, sollicite le club bondynois qui met alors en place une section de mal-voyants dite B2/B3.

Quelques mois plus tard, en août 2020, à l’initiative de Stéphanie Oggero et Syanie Dalmat, une section futsal féminine valide vient s’ajouter aux deux autres. Une première en France pour un club de handisport.

Pour Jean-François Chevalier et Samir Gassama, les ambitions sont claires : premier club de Cécifoot en Seine-Saint-Denis, le BCC doit s’implanter solidement au sein de la ville de Bondy et devenir vecteur de lien social et promouvoir l’égalité tout en étant performant sportivement.

Des sportifs & des entraîneurs exigeants
Une pratique du sport tout sauf anecdotique

Pour les joueurs, la pratique du sport n’est pas du tout anecdotique. Insertion, relations sociales, activité sportive, bref, autant de bienfaits pour les personnes valides comme en situation de handicap. Il existe d’ailleurs davantage de points communs entre les deux mondes. « Quand je passe dans la rue et que je ne vois pas de palettes au sol, parce que c’est trop sombre, je peux tomber. Mais plus d’éclairage public, ça ne serait pas seulement mieux pour moi, mais également pour toute personne qui rentre chez elle de nuit. Ces améliorations, ce ne sont pas que pour les handicapés, mais pour tout le monde », analyse Tarik.

Ce que les joueurs trouvent ici, c’est non seulement de la bienveillance, mais aussi de l’exigence. Ils sont d’abord perçus par le prisme de leur engagement sportif, et non par l’angle du handicap. « Leur handicap, on ne le calcule pas », reconnaît Rafaell Da Fonseca. « Samir et moi avons la nature de la gagne. Il y a le plaisir de jouer mais aussi une petite pression que l’on met sur les joueurs. On leur donne des objectifs, des challenges ». S’il badine volontiers, Tarik tient à rappeler avant toute chose que le « cécifoot, c’est du foot. Souvent les éducateurs ont tendance à vouloir du beau jeu ». Samir Gassama abonde dans son sens : « On ne prend pas de pincettes avec les joueurs aveugles ou non-voyants. Pour tous les éducateurs, les licenciés sont avant tout des sportifs », rappelle-t-il. Pas question de mettre le handicap à une place particulière qui reléguerait les performances sportives au second plan.

Dommage que cet amour du sport ne suscite pas encore assez d’intérêt dans l’opinion publique et chez les annonceurs. « Nous en sommes exactement à la même situation qu’aux débuts du football féminin », explique Samir Gassama. « En France, le manque de médiatisation de cette discipline est incroyable. Il y a des pays où elle suscite un véritable engouement, où le sport remplit des tribunes complètes, comme c’est le cas en Espagne, en Allemagne, au Brésil, où il n’est pas rare de voir des portraits des joueurs de cécifoot dans la rue ! En France, nous n’avons même pas de terrain officiel adapté pour organiser des matchs de championnats. C’est inadmissible », s’insurge-t-il.

Des performances sportives donc, mises au premier plan, en témoigne la dernière Coupe de France qui a eu lieu à Bondy en mai 2022 et qui a vue les mal-voyants et non-voyants se obtenir le titre de vice-Champions de France !

Extrait de l’article de Delphine Bauer pour actu-juridique.fr

L'ambition d'une académie
Un grand projet inédit en France

L’objectif du Bondy Cécifoot Club est de faire savoir aux jeunes déficients visuels  qu’ils ont une solution pour la pratique du football. Ainsi, le club souhaite créer une académie de joueurs de 8 à 17 ans pour pouvoir accueillir des jeunes joueuses et joueurs de futsal. « Aller vers les plus jeunes est un pilier dans notre démarche », déclare d’ailleurs Jean-François Chevalier. 

Le Bondy Cécifoot Club a, en effet, un côté convivial et familial connu de tous et apprécié des licenciés, il paraît donc tout naturel d’y accueillir les plus jeunes. 

« Nous partageons la passion du foot avant tout » déclare volontiers Rafael Da Fonseca, coach adjoint de l’équipe B2/B3 (mal-voyants), avant de mettre en avant la motivation et le plaisir que ressentent les licenciés du BCC, indépendamment de leur catégorie : « les joueurs font preuve d’une grande force, se déplaçant parfois depuis l’autre bout de l’Île-de-France pour venir s’entraîner, motivés comme jamais ».

Le BCC a donc l’ambition de partager sa passion et ses valeurs avec les plus jeunes, un projet d’ailleurs nécessaire aussi pour l’équipe de France de cécifoot : « Aujourd’hui, il y a une équipe de France, mais pas de relève. À cause de l’inclusion des jeunes dans les écoles normales,  nous n’arrivons plus à identifier les viviers de joueurs, car en cours de sport, le cécifoot ne leur est plus proposé », regrette Samir Gassama. 

L’idée de la création d’une Académie prend donc tout son sens afin de proposer plus de cours, plus de créneaux et une nouvelle génération de joueurs. Le partenariat avec la Fédération de handisport est déjà signé et l’Académie devrait vite voir le jour !

Les Missions du BCC

Accueil & encadrement des déficients visuels dans la pratique du football

Amélioration des conditions de cette pratique en Ile-de-France & sur le territoire national

Développement de l'accessibilité du sport grâce à un matériel adapté et sécurisé

Amélioration des actions de lutte contre l'exclusion sociale en favorisant l'insertion par le biais du sport

Actions d'éducation par le sport auprès des établissements scolaires & du grand public

Activation de conventions avec d'autres structures spécialisées dans l'encadrement des jeunes

Formation & perfectionnement des cadres techniques, sportifs et arbitres de la discipline

Sensibilisations au handicap en entreprises et en milieu scolaire

Une équipe investie
président

Garant de l’identité du club, il met un point d’honneur à promouvoir la pratique du football pour tous.

vice-président & directeur sportif

Installé à Bondy depuis 2004, Samir Gassama est l’une des figures les plus importantes du cécifoot français.

vice-président (partenariat)

Bondynois depuis plus de 15 ans, il est attaché à l’importance accordée aux personnes les plus fragiles.

ambassadeur du club

Arthur, jeune mal-voyant, est passionné par le football. Il est depuis, devenu l’ambassadeur du Club.

Didier Girardy

trésorier

Martin Baron

Secrétaire général

Rafaell da Fonseca

secrétaire adjoint

Syanie Dalmat

Chargée de communication

Tarik Cherradi

Chargé de développement
Un hymne, des valeurs

Découvrez l’hymne du club composé par Michel Delaigue, auteur, compositeur & interprète :

Ensemble on voit toujours plus loin
On cherche la même lumière
Et comme Kylian
On ira toucher les étoiles
En finale
C’est Bondy qui gagne
Au final
C’est la vie qui gagne

Les partenaires du BCC

Depuis sa création, le BCC a su développer des partenariats avec des entreprises séduites par le projet du club et les valeurs qu’il porte.

Premier partenaire du bondy cécifoot club

La société de climatisation CLIMEA, fut le tout premier partenaire du club. Installé à Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne, Climéa a choisi d’accompagner notre club, impressionné par « les prouesses extraordinaires » de nos joueurs et se retrouvant dans les valeurs que le Cécifoot véhicule et dont le monde a besoin : le dépassement de soi, la solidarité, l’esprit d’équipe.

Les sections du BCC
Le Bondy Cécifoot Club compte 4 catégories mais un seul mot d’ordre : l’égalité !

Bondy Cécifoot Club

Jean-françois chevalier

président

« Je suis le garant de l’identité du club mais aussi le premier intermédiaire entre la ville de Bondy, le département de Seine-Saint-Denis, la région Île-de-France et les différents partenaires. L’objectif du BCC est de faire savoir à tous les déficients visuels qu’ils ont une solution pour pratiquer du football. Le BCC veut changer  le regard que les gens portent sur le handisport et le handicap en général. On savait que Bondy était déjà une terre de ballon rond, c’est dorénavant celle du ballon à grelots! »

Bondy Cécifoot Club

Samir Gassama

vice-président & directeur sportif

« Sur le terrain, il n’y a pas de personnes en situation de handicap, seulement des sportifs. Les joueurs n’aiment pas qu’on les renvoie systématiquement à leur handicap. Cela tombe bien, notre entraînement est exigeant, avec une particularité : je ne propose pas d’exercices spécifiques aux non-voyants. Les joueurs pratiquent les exercices classiques du futsal, évidemment légèrement adaptés. C’est quelque chose qui les pousse à venir & à rester au Bondy Cécifoot Club ! »

Bondy Cécifoot Club

Jean-Marc Cheval

vice-président (partenariat)

Jean -Marc Cheval, père de 4 enfants et Bondynois depuis plus de 15 ans, est très attaché à l’importance accordée aux personnes les plus fragiles ou en situation de handicap :

« Bien vivre à Bondy est pour moi une règle d’or ! »

Bondy Cécifoot Club

Arthur Boulanger

Ambassadeur du club

Arthur est un enfant mal-voyant de 11 ans, fils d’un collègue de Jean-François Chevalier. Le foot est une passion pour lui depuis tout petit. Arthur jouait avec ses amis voyants en plaçant un ballon de foot dans un sac en plastique afin de pouvoir l’entendre rouler sur le terrain. La rencontre avec le Bondy Cécifoot Club a été déterminante : le club séduit par ce petit garçon pugnace lui a offert un ballon à grelots, l’accompagnement et les conseils de grands noms du Cécifoot, comme Martin Baron, capitaine de l’équipe B1. Arthur a aussi bénéficié d’un dispositif OrCam MyEye, offert par le club, afin de l’aider à poursuivre sa scolarité dans les meilleures conditions possibles.